La constipation et l’encoprésie

Les acquis de cet enseignement

Savoir reconnaître l'encoprésie et aborder la situation 

Savoir donner les conseils adéquat et les principes de traitement

 

La constipation est un problème souvent banalisé et/ou sous-diagnostiqué en pédiatrie. Elle se définit par un ralentissement du transit et un ralentissement d’exonération des selles, le plus souvent associé à des selles volumineuses, déshydratées et difficilement émises. Elle est dans la toute grande majorité des cas fonctionnelle, ce qui n’empêche pas qu’une prise en charge rapide et rapprochée doit veiller à briser au plus vite le cercle vicieux des selles dures et/ou douloureuses et de la rétention volontaire. L’anamnèse a une importance cruciale dans le diagnostic et le recours aux examens complémentaires sera limité. Celle-ci recherchera spécifiquement :

-              les antécédents familiaux (constipation familiale)

-              l’émission du méconium et un ictère néonatal

-              les circonstances d’apparition du problème

-              la fréquence des selles et leur aspect, leur caractère douloureux

-              le sang dans les selles

-              les souillures, la présence de selles dans les sous-vêtements (encoprésie)

-              les symptômes accompagnateurs, la croissance

-              le régime et l’hydratation en détail.

 

L’examen clinique sera particulièrement attentif à :

-              l’examen de l’abdomen (ballonnement, selles palpées, péristaltisme)

-              l’examen de l’anus (béance, souillure, fissure), le toucher rectal n’est pas systématique

-              l’examen de la région thyroïdienne et de la région sacrée.

 

Les examens complémentaires seront réalisés si l’anamnèse ou l’examen clinique font suspecter un problème organique, en cas de constipation opiniâtre et précoce, ou si le traitement initial échoue.  Ils pourront comprendre :

-              un abdomen à blanc ou une échographie abdominale

-              une prise de sang (bilan thyroïdien, magnésium, fonction rénale, maladie cœliaque, allergie si les antécédents ou l’histoire de l’enfant le justifie)

-              une biopsie et/ou manométrie ano-rectale (maladie de Hirshprung)

-               un test à la sueur (mucoviscidose)

 

L’encoprésie est importante à rechercher car elle est souvent « non-dite ». Elle est primaire si elle a toujours existé, et dans ce cas est fréquemment liée à un problème de constipation. Les selles retrouvées dans les sous-vêtements sont des petits morceaux de selles desséchées ou des diarrhées de décharge. Parfois une selle complète peut être retrouvée si l’enfant s’est retenu trop longtemps. L’encoprésie secondaire apparaît chez un enfant qui était auparavant parfaitement propre. Même si une constipation peut en être la cause, les facteurs psychologiques sont plus souvent incriminés.

 

La prise en charge doit d’abord et avant tout expliquer les règles hygiéno-diététiques nécessaires à un transit correct. Le régime doit être riche en fibres et l’hydratation suffisante. Les fibres sont surtout abondantes dans le son des céréales et en moindre mesure dans les légumes verts et les fruits à noyaux. Il faut éviter un excès de boissons sucrées (qui coupent l’appétit) ou de produits laitiers (qui peuvent constiper), de même que les aliments les plus constipants (banane, carotte, riz). L’exercice physique est important pour favoriser le transit. Si la propreté est acquise, la présentation aux toilettes dans une position adéquate doit être régulière, de préférence après chaque repas. Un calendrier peut être utile, surtout en cas d’encoprésie. Les laxatifs doux (macrogol, lactulose), par voie orale, doivent être débutés sans attente en cas de selles douloureuses afin de briser le cercle vicieux de la rétention volontaire suite à la douleur. La dose doit être adaptée pour obtenir des selles régulières et molles. Au cas par cas, une rééducation par un kiné et/ou une prise en charge psychologique peuvent être utiles.