INFECTIONS PNEUMOCOCCIQUES CHEZ L’ENFANT

S Masi, D Tuerlinck, E Sokal


Introduction- incidence
Facteurs de risque
Vaccin
Indications de vaccination

References

INTRODUCTION - INCIDENCE

Les infections pneumococciques recouvrent un groupe de maladies causées par le Streptococcus pneumoniae. Les différents types d’infections causées par cette bactérie sont :
(incidence chez enfant de moins de 5 ans*)

L’otite moyenne aiguë (8/100)
La sinusite
La pneumonie (8,6/1000)
La bactériémie (23/100000)
La méningite (4,3/100000)

(*Reinart et al. 1999 Heiskanen-Kosma et al. 1998 Nielsen et al. 1996 Alho et al. 1990

Les infections à S. pneumoniae sont responsables d’une mortalité et d’une morbidité non négligeable dans le monde (environ 1million de morts par an). Les séquelles que l’on rencontre après des infections graves voire récidivantes vont de la perte de l’ouïe à des troubles neurologiques, comme des difficultés d’apprentissage ou un retard d’élocution. L’an dernier en Belgique, 170 enfants âgés de 0 à 4 ans ont été atteints d’infections pneumococciques invasives, avec une incidence de 66 pour 100000 enfants de < 1 an et de 30 pour 100000 enfants de moins de 5 ans.

La population d’enfants agés de 0 à 2 ans est plus particulièrement touchée par les infections pneumococciques invasives. Des études finlandaise et française évaluent que 13-38% des pneumonies chez l’enfant sont causées par le pneumocoque.

Certaines souches de S. pneumoniae sont également connues pour avoir acquis une résistance à la pénicilline et voire même à une multitude d’autres antibiotiques.

 

Les facteurs de risques qui prédisposent les enfants à développer une otite moyenne aiguë causée par un pneumocoque multirésistant aux antibiotiques sont : un enfant de sexe masculin, la fréquentation d’une crèche, l’absence d’allaitement maternel, le tabagisme passif, un ou des membres de la fratrie avec des antécédents de OMA récidivantes, un traitement antérieur avec un antibiotique et un âge inférieur à 2 ans.

Le portage nasopharyngé de pneumocoque est par conséquent très important chez cette catégorie d’enfants considérés à risque et prédisposés à des OMA difficilement traitables(portage chez 44% des enfants < 6 ans, 60-80% des enfants fréquentant la crèche, 70% des enfants de <3 ans avec OMA).

 

NOUVEAU VACCIN ANTIPNEUMOCOCCIQUE (voir aussi)

Un nouveau vaccin a été élaboré ces dernières années afin d’obtenir une réponse immunitaire adéquate chez les enfants de moins de 2 ans. Cette nouvelle forme de vaccin est constituée de l’association de polysaccharides capsulaires à des protéines(toxine diphtérique non toxique CRM197) permettant de ce fait de stimuler une réponse immunitaire de type T dépendante, la forme de protection prédominante chez les nourrisson, ce qui n’était pas le cas pour le vaccin antipneumococcique 23-valent sur le marché et donc inefficace si administré à des enfants de cette tranche d’âge. Les 7 sérotypes inclus dans le vaccin sont : 4, 6B, 9V, 14, 18C, 18F et 23F, responsables de 80% des infections pneumococciques invasives chez l’enfant et 60% des OMA causées par pneumocoque. Ces sérotypes sont également les plus résistants au traitement antibiotiques habituel, même si d’autres sérotypes développent également peu à peu une résistance.

ETUDES

D’après l’étude de KAYSER PERMANENTE effectuée dans 23 centres médicaux aux E-U, un schéma d’administration à 2, 4, 6 et 12–15 mois d’âge permet d’obtenir une prévention des infections pneumococciques dites invasives (c.-à-d. découverte de pneumocoques dans des sites considérés stériles comme le sang et le LCR) à 97,4% chez les enfants correctement vaccinés. Dans un follow-up plus prolongé de ces enfants vaccinés, on observe une réduction de 33% de cas de pneumonies, dont le diagnostic est clinique et radiologique. De même, la vaccination antipneumococcique CRM197 conjugué permet de réduire l’incidence d’OMA de 7%, avec un taux d’efficacité de 22.8% en terme de prévention d’OMA récidivantes(5 OMA pendant une période de 6 mois ou 6 OMA pendant une période d’un an). Le groupe d’étude finlandais sur les otites moyennes démontre également une efficacité du vaccin antipneumococcique de type conjugué. L’efficacité du vaccin antipneumococcique conjugué 7-valent dans les cas d’OMA à pneumocoque inclus dans le vaccin (confirmés par la culture du liquide obtenu par tympanotomie) est évaluée à 57%. Malgré l’augmentation des infections par des sérotypes non inclus dans le vaccin, il existe une nette réduction de 34% de l’incidence des OMA à pneumocoque.

Des études de projection du vaccin antipneumococcique conjugué prévoient une réduction considérable des épisodes de OMA. Cette vaccination pourrait prévenir plus de 12000 cas de méningite et de bactériémie, 53000 cas de pneumonie, 116 décès liés au pneumocoque et 1 million de cas de OMA par cohorte à la naissance vaccinée aux E-U. Le but de l’utilisation de ce vaccin est d’éliminer les différentes souches de pneumocoques pathogènes, plus particulièrement les plus résistantes au traitement antiinfectieux.

INDICATION DE VACCINATION

Sont considérés à risque :

Tous les enfants âgés de moins de 2 ans
Enfants âgés de 24-59 mois, ayant

SCHEMA D’ADMINISTRATION

0.5 ml en IM à 2, 4, 6 et 12 à 15 mois

La durée de protection par le vaccin antipneumococcique 7-valent conjugué n’est actuellement pas connue.

RECHERCHE FUTURE

D’autres vaccins utilisant le même mécanisme de réponse immunitaire sont en élaboration avec un élargissement du spectre d’action à d’autres sérotypes (9, 11, 15 sérotypes inclus vs 7 dans le vaccin prochainement sur le marché). Le développement de vaccins antipneumococciques alternatifs sont en cours d’évaluation. Certaines protéines responsables de la virulence du pneumocoque ont été identifiés(protéine de surface A, la protéine d’adhésion A et la pneumolysine) et pourraient permettre une efficacité accrue du vaccin sur le portage nasopharyngé, ainsi que dans la protection des infections invasives.

Un autre mode de prévention des OMA évalué serait une prévention des infections virales (vaccination antiinfluenza, anti RSV), qui précèdent fréquemment les OMA.

 

Liens utiles:

Infections pneumococciques au Cananda

Preventing Pneumococcal Disease Among Infants and Young Children Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) Summary In February 2000, a 7-valent pneumococcal polysaccharide-protein conjugate vaccine (Prevnar,™ marketed by Wyeth Lederle Vaccines) was licensed for use among infants and young children. CDC's Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) recommends that the vaccine be used for all children aged 2--23 months and for children aged 24--59 months who are at increased risk for pneumococcal disease (e.g., children with sickle cell disease, human immunodeficiency virus infection, and other immunocompromising or chronic medical conditions). ACIP also recommends that the vaccine be considered for all other children aged 24--59 months, with priority given to a) children aged 24--35 months, b) children who are of Alaska Native, American Indian, and African-American descent, and c) children who attend group day care centers. This report includes ACIP's recommended vaccination schedule for infants at ages 2, 4, 6, and 12--15 months. This report also includes a pneumococcal vaccination schedule for infants and young children who are beginning their vaccination series at an older age and for those who missed doses. In addition, this report updates earlier recommendations for use of 23-valent pneumococcal polysaccharide vaccine among children aged >2 years. Among children aged 24--59 months for whom polysaccharide vaccine is already recommended, ACIP recommends vaccination with the new conjugate vaccine followed, >2 months later, by 23-valent polysaccharide vaccine. Conjugate vaccine has not been studied sufficiently among older children or adults to make recommendations for its use among persons aged >5 years. Persons aged >5 years who are at increased risk for serious pneumococcal disease should continue to receive 23-valent polysaccharide vaccine in accordance with previous ACIP recommendations.


REFERENCES

Whitney CG, Farley MM, Hadler J, Harrison LH, Lexau C, Reingold A, Lefkowitz L, Cieslak PR, Cetron M, Zell ER, Jorgensen JH, Schuchat A. N Engl J Med 2000 Dec 28;343(26):1917-24

Comment in: N Engl J Med. 2000 Dec 28;343(26):1961-3. UI: 21012248 Increasing prevalence of multidrug-resistant Streptococcus pneumoniae in the United States. Active Bacterial Core Surveillance Program of the Emerging Infections Program Network.

Giebink G.S. The prevention of pneumococcal disease in children. N Engl J Med, Vol.345,N°16, Oct 18,2001:p1177-1183

Preventing pneumococcal disease among infants and young children. Recommendations of the Advisory Committee on ImmunizationPractices. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2000;49(RR-9):1-35

Verhaegen,J. Surveillance van de pneumokokkeninfecties in België. Pneumokokken referentielabo,KUL,Verslag 2000